Connexion
Fréquence et contenu nutritionnel des prises alimentaires hors repas chez les adultes français (Etude NutriNet-Santé)
Nutr J. 2018 17(1):33
Si Hassen W, Castetbon K, Tichit C, Péneau S, Nechba A, Ducrot P, Lampuré A, Bellisle F, Hercberg S, Méjean C.

Contexte : Le snacking suscite des inquiétudes car il pourrait conduire à un apport énergétique supplémentaire et une faible qualité en nutriments. Le snacking peut être défini comme prise alimentaire en dehors des repas principaux, indépendamment des quantités ou types d’aliments consommés. L’objectif de cette étude était de caractériser les prises de snacking au sein d’une large population d’adultes en estimant la proportion de la population ayant des prises de snacking, l’apport énergétique associé à ces prises et la contribution de différents groupes alimentaires.

Méthodes : Cette étude transversale a inclus 104 265 adultes de la cohorte NutriNet-Santé. Les apports alimentaires ont été estimés par des enregistrements de 24 h en semaine. Pour chaque prise alimentaire, la densité en nutriments,  l’apport et la densité énergétique  ont été calculés.

Résultats : Après pondération, 47,6 % de notre échantillon était des hommes et l’âge moyen de 45,6 (15,3). Globalement, 68 % des participants avaient mangé au moins un snack au cours de l’enregistrement, principalement dans la matinée ou l’après-midi. Globalement, un snack avait une densité en nutriments plus faible [22,8 écart type = 278,3)] que les plats principaux [25,8 (36.9) à 30,0 (30,4)] ; mais une densité énergétique plus élevée [222,2 (163,3) kcal/100 g] que les plats [133,9 (57,3) à 175,9 (99,6) kcal/100 g]. Le snacking de matinée représentait le snacking avec la densité énergétique la plus faible [211 kcal/100 g ], l’apport énergétique le plus faible [104,1 kcal] et la densité en nutriments la plus élevée [60,1]. Le snacking de l’après-midi ou du soir avait les charges énergétiques les plus élevées [192,4 kcal et 207,6 kcal], mais des scores en nutriments faibles [16 et 13, respectivement].  Les groupes alimentaires contribuant à l’apport énergétique des snacks étaient les produits gras et sucrés, les produits sucrés, les fruits, les boissons chaudes et le pain. 

Conclusions : Ces résultats ont mis en évidence une fréquence du snacking et une qualité nutritionnelle variable des snacks au cours de la journée. Le snack de la matinée a été observé comme plus favorable à la santé que ceux de l’après-midi et du soir.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29486784
 


Publications