Connexion
Les associations sexe-spécifiques de différents indices anthropométriques avec l’insomnie aiguë ou chronique

Eur J Public Health. 2017 27(6):1026-1031

Andreeva VA, Torres MJ, Druesne-Pecollo N, Léger D, Gonzalez R, Bayon V, Hercberg S, Galan P.

Contexte : Les troubles du sommeil, incluant l’insomnie, sont des facteurs de risque de prise de poids. Toutefois, peu d’études épidémiologiques ont investigué l’association entre des marqueurs anthropométriques et l’insomnie.

Méthodes : Dans cette étude transversale observationnelle, nous avons évalué l’association de 3 indices anthropométriques différents avec l’insomnie aigüe ou chronique. Nous avons utilisé les données des 13389 adultes français (âge moyen = 51,9 ± 13,1 ans ; 70,3 % de femmes) ayant participé au volet clinico-biologique de la cohorte NutriNet-Santé. Le poids, la taille, le tour de taille et le tour de hanches ont été mesurés au cours des examens cliniques (2011-2014). L’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille et le rapport taille hanche (RTH) ont été choisis comme variables indépendantes. L’insomnie aigüe (au cours des 8 derniers jours) et l’insomnie chronique (supérieur ou égal à 3 mois) ont été évaluées en 2014 via un questionnaire auto-déclaratif. Des modèles de régression logistique multivariée ont été appliqués pour déterminer les odds ratios (OR) et les intervalles de confiance à 95 % (IC).

Résultats : Une association inverse a été observée entre le surpoids (25,0 ≤ IMC ˂ 30,0 kg/m²) et l’obésité (IMC ≥ 30,0 kg/m²) et le risque d’insomnie aigüe chez les hommes (surpoids : OR = 0,80, IC à 95 % : 0,70, 0,92 ; obésité : OR = 0,78, IC à 95 % : 0,63, 0,98). Une association positive a été observée entre l’obésité, évaluée par l’IMC ou le RTH, et l’insomnie chronique chez les femmes (IMC : OR = 1,23, IC à 95 % : 1,04, 1,45 ; RTH : OR = 2,24, IC à 95 % : 1,07, 4,72). Aucune association n’a été observée avec le tour de taille dans les 2 sexes.

Conclusions : Ces résultats transversaux ont mis en évidence des associations sexe-spécifiques du surpoids/obésité avec différents types d’insomnie, et méritent d’être confirmés par des études longitudinales utilisant des paramètres d’évaluation du sommeil objectifs.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29069319