Connexion
Adéquation aux recommandations nutritionnelles et de mode de vie chez 13285 patients atteints d’une maladie cardiométabolique de l’étude NutriNet-Santé

Nutrients. 2017 9(6):e546

Adriouch S, Lelong H, Kesse-Guyot E, Baudry J, Lampuré A, Galan P, Hercberg S, Touvier M, Fezeu LK.

Une alimentation favorable à la santé joue un rôle dans la prévention des complications des maladies cardiométaboliques. L’objectif de cette étude était d’estimer les apports alimentaires et l’adéquation aux recommandations nutritionnelles et de mode de vie chez des adultes français diagnostiqués avec une hypertension, un diabète, une dyslipidémie ou une maladie cardiovasculaire comparés aux individus témoins, exempts de toute maladie cardiométabolique.
 
Les données de 26570 sujets âgés de 35 à 70 ans (13285 patients et 13285 témoins appariés sur le sexe et l’âge) de la cohorte française NutriNet-Santé ont été collectées. Les apports alimentaires ont été estimés à partir d’au moins 3 enregistrements alimentaires de 24 h. Les apports moyens en aliments et nutriments ont été comparés à ceux des sujets en bonne santé via des modèles de régressions linéaire et logistique multivariables.
 
Comparés aux témoins, les adultes ayant déclaré une maladie cardiométabolique avaient des consommations plus faibles en produits sucrés, plus élevés en poissons et fruits de mer et une meilleure adéquation aux recommandations pour les produits laitiers. Dans l’ensemble, ils déclaraient, cependant, comparés aux témoins, des comportements alimentaires et de mode de vie moins favorables à la santé. En effet, ils étaient physiquement moins actifs et avaient des comportements similaires concernant la consommation de tabac et d’alcool. Ils avaient également des consommations plus faibles en fruits, plus élevées en viandes, viandes transformées et matières grasses ajoutées. Les sujets diabétiques tendaient à avoir de meilleures adéquations à la plupart des recommandations nutritionnelles (légumes, légumineuses et produits céréaliers complets), comparés aux témoins.
 
Notre étude met en évidence que certains aspects nutritionnels doivent encore être améliorés chez les individus atteints d’une maladie cardiométabolique. Des consommations plus élevées en fruits et légumes, produits céréaliers complets, des consommations plus faibles en viandes, matières grasses ajoutées et sel et des comportements de mode de vie plus favorables à la santé (activité physique, arrête tabagique et consommation limitée d’alcool) devraient être encouragés afin d’améliorer la santé cardiométabolique après diagnostic et prévenir les complications cardiovasculaires liées à leur maladie. De nouvelles stratégies de prévention et d’accompagnement sont donc nécessaires pour aider les patients à adopter et maintenir des pratiques alimentaires et de modes de vie sains.
 
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28587108