Connexion
Apports en vitamines B issus de l’alimentation et des compléments alimentaires et risque de cancer du sein chez les femmes de plus de 45 ans : résultats de la cohorte prospective NutriNet-Santé

Nutrients. 2017 9(5):e488

Egnell M, Fassier P, Lécuyer L, Zelek L, Vasson MP, Hercberg S, Latino-Martel P, Galan P, Deschasaux M, Touvier M.

Les études expérimentales suggèrent un effet protecteur des vitamines B sur le risque de cancer du sein, potentiellement modulé par les apports en alcool. Cependant, les études épidémiologiques disponibles sont limitées, en particulier concernant les vitamines B non foliques. De plus, peu d’études ont pris en compte une évaluation quantitative de l’apport via les compléments alimentaires.
 
L’objectif de cette étude était d’examiner les associations entre les apports en vitamines B (alimentaires, compléments alimentaires, totaux) et le risque de cancer du sein. 27 853 femmes âgées de plus de 45 ans participant à la cohorte NutriNet-Santé (2009-2016) ont été incluses, avec un temps de suivi médian de 4,2 ans. Les données alimentaires ont été collectées via des enregistrements alimentaires de 24 h. Un questionnaire spécifique a été utilisé pour évaluer la consommation de compléments alimentaires sur une période de 12 mois. Une table de composition incluant 8000 compléments alimentaires a été développée. Les associations ont été analysées par des modèles de Cox multivariés et 462 cas de cancer du sein incidents ont été diagnostiqués.
 
Les apports en pyridoxine via l'alimentation (HRQ4vs.Q1 = 0,74 (0,55-0,99), P-trend = 0,05), les compléments alimentaires (HRQ4vs.Q1 = 0,61 (0,38-0,98), P-trend = 0,05) et au total (HRQ4vs.Q1 = 0,67 (0,50-0,91), P-trend = 0,01) étaient inversement associés au risque de cancer du sein. L’apport total en thiamine était inversement associé, à la limite de la significativité, au risque de cancer du sein (HRpar unité d’incrément = 0,78 (0,61-1,00), P = 0,05). Des interactions statistiquement significatives entre la consommation d’alcool et l’apport en vitamines B (thiamine, riboflavine, niacine, acide pantothénique, pyridoxine, folate et cobalamine) via les compléments alimentaires ont été observées, ces dernières étant associées à une diminution du risque de cancer du sein chez les faibles ou non buveurs mais pas chez les forts consommateurs d'alcool.
 
Cette grande étude prospective, incluant une évaluation quantitative de l’apport issu des compléments alimentaires, suggère un possible effet protecteur de la pyridoxine et de la thiamine vis-à-vis du risque de cancer du sein chez les femmes de plus de 45 ans.
 
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28505069