Connexion
Associations entre les déterminants des choix des plats lors de la préparation des repas et la qualité du régime alimentaire chez des adultes français : résultats de l’étude NutriNet-Santé

Br J Nutr. 2017 117(6):851-861

Ducrot P, Méjean C, Fassier P, Allès B, Hercberg S, Péneau S.

Un certain nombre de déterminants tels que les contraintes ou le plaisir ont été suggérés comme facteurs influençant le choix des plats lors de la préparation des repas dans le foyer. Cependant, aucune étude n’a évalué si l’importance conférée à ces déterminants influence la qualité du régime alimentaire.
 
Cette étude avait pour objectif d’évaluer la différence de qualité du régime alimentaire en fonction de l’importance accordée par les individus à plusieurs déterminants de choix des plats. L’importance de 27 critères impliqués dans les choix des plats les jours de semaine a été évaluée chez 48010 adultes français de l’étude NutriNet-Santé. Des analyses de covariance et des régressions logistique, ajustés sur les facteurs sociodémographiques et les modes de vie, ont été utilisés pour évaluer l’association entre l’importance accordée aux déterminants des choix des plats (oui vs. non) et les apports en énergie et groupe d’aliments ainsi que l’adéquation aux recommandations nutritionnelles françaises (score PNNS modifié ; mPNNS-GS)).
 
Une meilleure adéquation aux recommandations nutritionnelles a été observée chez les individus accordant de l’importance au fait d’avoir une alimentation favorable à la santé (score mPNNS-GS 7,87 (SD 0,09) vs. 7,39 (SD 0,09)) et chez ceux attachant de l’importance à un régime spécifique (score mPNNS-GS 7,73 (SD 0,09) vs. 7,53 (SD 0,09)), comparés à ceux accordant peu/pas d’importance (tous P < 0,0001). Ces individus présentaient également des apports plus élevés en fruits et légumes, mais des consommations plus faibles de viande, lait et fromage, produits sucrés et plats préparés comparés à leurs pairs (tous P < 0,0001). Pour les autres déterminants que sont la contrainte, le plaisir et l’organisation, de faibles différences ont été observées. La différence majeure de qualité du régime alimentaire était associée à l’importance accordée à une alimentation favorable à la santé.
 
Bien que nos résultats ne permettent pas de conclure à une relation causale, ils suggèrent que les stratégies ayant pour objectif de permettre aux individus de prendre en compte la qualité du régime alimentaire pendant la préparation des repas dans le foyer pourraient constituer un levier pour promouvoir une alimentation favorable à la santé.
 
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28393743